Wandercraft lève 40 millions d’euros pour un exosquelette à usage domestique et urbain

Pour les particuliers ayant une déficience partielle ou totale de la marche, se déplacer debout à leur domicile et en ville sera bientôt possible. Le français Wandercraft, expert de la robotique dynamique appliquée aux exosquelettes de marche, conçoit une nouvelle version de son exosquelette pour offrir une mobilité à tous, en dehors des usages dans les hôpitaux. L’entreprise lève 40 millions d’euros pour ce développement.

Ce tour de table de série C a été mené par le fonds américain Quadrant Management et BPIfrance, mais aussi par les fonds de capital-risque des assureurs MACSF, Malakoff Humanis, AG2R La Mondiale, et les fonds Mutuelles Impact et Sofiouest. Les investisseurs existants Xange, IDinvest, Cemag Invest et LBO France participent également au tour. Il s’agit de la quatrième levée de Wandercraft, qui a déjà récolté depuis sa création en 2012 des financements de 600 000 euros en amorçage, 4 millions d’euros en 2015, puis 15 millions d’euros par des opérations en 2017 et 2019.

Ce nouvel exosquelette, en développement depuis déjà trois ans par les équipes de Wandercraft, s’appuie sur la même architecture hardware que l’exosquelette Atalante, le premier produit de Wandercraft destiné à la rééducation en hôpital. Il bénéficiera d’un design plus recherché et plus fin pour permettre l’accès à tout lieux, comme la possibilité de monter dans une voiture. Côté logiciel, la cybersécurité a représenté un axe fort de développement et les fonctionnalités ont été davantage approfondies pour faire face aux imprévus en milieu urbains. Les fonds récoltés serviront notamment au développement de l’interface de commande. “Pour ceux qui n’ont pas de force dans les mains, la télécommande ne doit pas être que manuelle, mais aussi vocale ou tactile”, indique Jean-Louis Constanza, cofondateur de Wandercraft, tirant parti des retours des quelque 400 patients utilisant Atalante pour leur rééducation hospitalière.

L’IoT jouera un rôle essentiel dans ce nouvel exosquelette. “Il sera bardé d’une trentaine de capteurs pour obtenir des informations sur le milieu environnant. Par exemple, nous implémenterons des capteurs de vision pour détecter des obstacles ou des escaliers “, détaille Jean-Louis Constanza. Un capteur placé entre les épaules servira quant à lui à détecter les mouvements du buste pour deviner les intentions de déplacement et les changements de mode (assis/debout) et rendre ainsi les mouvements de l’exosquelette plus fluides.

La levée de fonds marque par ailleurs une étape décisive pour Wandercraft : le point de départ officiel de son activité aux Etats-Unis, avec le dépôt d’un dossier à la FDA. Jusqu’à présent, seuls trois exosquelettes ont été commercialisés aux Etats-Unis à des fins de recherche. “Au-delà de l’investissement, le fonds Quadrant Management, avec son expérience des marchés de la santé, nous apporte de vraies compétences outre-Atlantique, qui va devenir notre premier marché”, se réjouit Jean-Louis Constanza.

“L’entrée de fonds de grandes compagnies d’assurance et de fonds d’impact révèle la valeur de notre exosquelette auprès des systèmes de santé et la société”, ajoute le cofondateur, pour qui le remboursement des objets connectés de santé est une condition essentielle à une démocratisation de l’usage. Reste à déterminer où réaliser l’industrialisation du produit. “La France a de réels atouts mais sa base industrielle se réduit depuis de nombreuses années”, déplore Jean-Louis Constanza.

Prochaine étape à venir pour Wandercraft : la validation des essais cliniques avant la commercialisation du nouvel exosquelette. Aucune date n’est encore dévoilée, le cofondateur prévient toutefois que les délais seront rapides. “Il y a 30 millions de personnes en fauteuil roulant dans le monde. Notre exosquelette ne sera pas demandé par tous mais les perspectives de marché sont importantes. La locomotion permet de traiter plusieurs pathologies cardiaques, urinaires et cutanées.” Wandercraft franchit un pas de plus vers son objectif de mobilité pour tous.

Aller à la source
Author: