Tanguy Ortolo: J’ai testé pour vous UltraViolet (c’est de la merde)

Après avoir acheté un beau coffret de la trilogie cinématographique
Le Hobbit, j’ai eu la surprise d’un trouver des instructions
pour « récupérer une copie numérique » pour regarder ces films « sur
tous mes écrans » grâce à un machin appelé UltraViolet. Les
instructions indiquées sont les suivantes :

  1. allez sur warnerbros.fr/uv ;
  2. entrez un code d’activation.

S’agissant d’un machin développé par la MAFIAA, je pouvais déjà
prédire le résultat, mais par acquit de conscience, j’ai tout de
même essayé, avec un navigateur Web Firefox sous Debian
GNU/Linux, plugin Flash installé et à jour, JavaScript et
cookies activés sans restriction. Après tout, il est bien
indiqué sur le papier que c’est censé marcher « sur tous mes
écrans », avec de beaux petits schémas représentant un
téléphone, une tablette, un ordinateur portable et un
téléviseur.

Étape 1, Warner Bros

Deux étapes, on pourrait difficilement faire plus simple ! Sauf
qu’évidemment, ça se complique. Sur la page UltraViolet de Warner Bros,
il n’y a pas d’endroit où saisir un code ; au lieu de cela, il est
proposé deux sites partenaires où on doit pouvoir l’entrer : Nolim films et Flixter.

Étape 1, deuxième partie, premier essai, Nolim films

Lorsque j’ai essayé, hier, la page de Nolim films affichait seulement
« chargement en cours ». Après quelques minutes, j’ai donc renoncé et
été voir chez Flixter.

Étape 1, deuxième partie, deuxième essai, Flixter

Côté Flixter, ça commence bien, on arrive sur un site en anglais. Une
fois passé en français, il y a un bouton pour « Utiliser un code ». On
tape le code et… ça dit qu’il n’y a aucun résultat. En fait, il faut
saisir le titre du film, et ensuite seulement, saisir le code
d’activation.

Étape 2, (essayer de) regarder ou télécharger le film

Il faut alors créer un compte, qui demande de fournir des
renseignements personnels, c’est à dire des informations qui ne
devraient certainement pas les concerner : pour regarder un film qu’on a
acheté, il est anormal de devoir donner son nom, prénom et date de
naissance. Personnellement, j’ai renseigné mon nom, mais une date de
naissance bidon.

Enfin, on peut regarder son film. Enfin, essayer, parce que ça ne
marche pas : ça lance une page avec Flash, qui affiche… du noir, puis un
indicateur de chargement, et qui finit par planter le lecteur Flash.

On peut aussi télécharger son film avec un logiciel propriétaire
proposé pour cela. Il est prévu pour Windows, et ne s’installe pas sous
Wine.

Étape 3, ripper son DVD

Comme prédit, ça ne fonctionne pas. Il est donc temps de faire un peu
chauffer mon processeur pour ripper mes DVD : ça au moins, ça
fonctionne, et sans la moindre restriction. Autrement, ces flims doivent
également être disponibles sur les réseaux de contrefaçon :
contrairement à l’UltraTropLaid, ça aussi, ça fonctionne.

Aller à la source
Author: