Ma première rencontre avec le Commodore 64.

Allez, un peu de radotage sur ce blog, ça ne fait pas de mal !

Je vais donc vous raconter aujourd’hui ma première rencontre avec un micro ordinateur qui marquera mon enfance, j’ai nommé le Commodore 64.

J’aimais beaucoup étant jeune, voire très jeune, aller chez mon cousin Laurent, on y jouait au Playmobil, surtout avec le fort des cowboys,

et à la dictée magique (oui un jeu éducatif, mais qui parlait !!!).

Epele MAISON, M.E.I.S.O.N … Faux, essaye encore !! Je crois qu’il y avait même maître Cappelo sur la boite …

Mon autre cousin, donc le grand frère de Laurent, qui s’appelle Vincent s’était vu offrir un Oric Atmos sur lequel je découvrir L’aigle d’or, le Diamant de l’île maudite ainsi que mon premier jeu de strip poker, ou l’on pouvait même déshabiller un homme. (mais ça c’est une autre histoire).

Et puis un jour, lors d’une visite chez eux, Vincent et ses potes étaient installés dans le salon devant la télé ou défilait le scrolling ultra fluide de Kung fu master. Je connaissais le jeu, malgré ma jeunesse j’écumais déjà les salles d’arcade de mon coin, avec mon voisin qui m’emmenait quelquefois avec lui dans ses salles enfumées.

En plein séance de tatanage de boss de premier niveau !! Admirez moi ce levé de jambe !! C’est beau !

Sur la table du salon trônait le commodore 64 dans sa forme de boîte à pain. Hélas, je m’entendais beaucoup mieux avec mon plus jeune cousin qu’avec le plus vieux. Mais j’eu quand même le droit d’en faire une partie, mais pas beaucoup plus.

Alors je vous déconseille fortement d’essayer de conserver votre pain dans cette boite quand même …

Avec ce Kung fu master, Vincent avait eu 2 autres jeux, qui d’ailleurs étaient tous des originaux, et pas des moindres.

D’abord Super Zaxxon qui était la suite de Zaxxon, que je connaissais bien car j’y jouais sur la Colecovision, qu’une personne de la rue m’avait prêté. (Et oui, j’ai vécu une époque où les gens d’une même rue se connaissaient, s’adressaient la parole voire étaient même amis …).

J’ai pu le voir tourner et apprécier encore une fois un scrolling impeccable et un gameplay qui finalement n’a pas vraiment vieilli de nos jours. Par contre, les dragons, boss de fin de niveau, sont toujours aussi difficile à détruire.

C’est comme Zaxxon, mais en super !! Et Nintendo n’était pas encore passé par la pour mettre des supers partout en préfixe !

Mais c’est le 3ème jeu que je voulais absolument essayer. Beach Head 2 !! Lui aussi j’en avais entendu parler … je l’avais même entendu parlé ! A la télé !

En effet à l’époque Patrice Drevet (à ne pas confondre avec sa progéniture Cyril …) l’avait présenté à la télévision dans je ne sais plus quelle émission. Et c’est de l’épreuve finale du jeu que je me rappelait parfaitement.

Lui, je l’aimais bien, j’ai jamais pu piffrer son fils par contre. Et j’arrive toujours pas à le piffrer … Je n’y peux rien.

Dans cette épreuve finale, vous, soldat de la résistance vous combattez le dictateur en personne dans un match de … lancé de freesbee mortel ! Et celui qui se faisait toucher tombait de la plateforme ou il se situait en criant ! Oui, de la digitalisation vocale, chose que je n’avais jamais entendu sur un micro ordinateur jusqu’à présent.

C’est cette séquence qui était passé à la télévision … Vous imaginez vous Bush versus Saddam à se lancer des freesbees pour savoir qui gagne la guerre ??

J’ai demandé à mon cousin Vincent si je pouvais y jouer, celui ci me refusa cette requête pour la raison suivante : “Non, je vais devoir faire tourner la K7 et rembobiner la bande, ça va abîmer le jeu”. J’aurais sincèrement préféré qu’il me dise un bon vieux “va te faire foutre !” j’aurais eu l’impression d’être pris pour un con …

Car oui j’avais déjà un micro ordinateur à k7 à l’époque (un SC3000) et des K7 j’en bouffais des tonnes avec mes petites programmes basic et autres tests. Et quand on sait que plus de 30 ans après de nombreuses K7 fonctionne encore …

Donc voilà, ma première rencontre avec le Commodore 64 à été un mélange d’admiration et de frustration. J’ai eu mon propre Commodore quelques temps plus tard, et j’ai rapidement eu plus de jeu que mon très cher cousin Vincent.

Lui était déjà passé à autre chose, les filles ou les études supérieures, ou les deux … une chose est sûre par contre, qu’est ce que mes cassettes ont pu tourner ensuite, sans que la bande de s’abîme vraiment

Aller à la source
Author: oldschoolisbeautiful