Des JO de 1932 à Los Angeles aux JO de 2020 à Tokyo : les évolutions technologiques du chronométrage

Les Jeux olympiques d’été 2020 se sont déroulés entre le 23 juillet et le 8 aout 2021, à Tokyo, au Japon. Jamais les jeux n’ont été aussi technologiques grâce à la présence d’Omega, partenaire des jeux depuis les Jeux olympiques d’été de 1932, à Los Angeles, malgré une absence lors des JO de 1964, déjà tokyoïtes cette année-là. Tout le monde connait les innovations qui sont utilisées dans les compétitions sportives comme la caméra photo-finish, les starting-blocks, les plaques de touches, le pistolet pour le starter. Toutefois la firme propose des systèmes qui vont au-delà de la mesure des millisecondes grâce à une technologique qui analyse le mouvement des athlètes.

Un partenariat technologique de longue durée entre les JO et Omega

Les innovations n’en finissent plus entre les Jeux olympiques et Omega. Déjà aux JO de 1936 à Berlin, la société était capable de chronométrer au dixième de seconde près, une véritable révolution. Depuis les JO de 2012 à Londres, la mise en place du dispositif Quantum Timer, c’est au millionième de seconde que tout peut se jouer entre deux athlètes.

Il a existé plusieurs phrases évolutives en matière de chronométrage. Entre 1948 et 1968, sur 20 ans, le chronométrage électronique a progressivement remplacé le chronométrage manuel. Cela a permis d’éliminer tous les temps de réaction de l’être humain, des cellules photoélectriques stoppant automatiquement le chrono au passage d’un athlète sur la ligne d’arrivée. Aujourd’hui, elles peuvent enregistrer jusqu’à 10 000 images par seconde sous trois angles différents et indiquer les écarts les plus infimes.

En 1968, à Mexico, l’introduction des plaques de touche dans les bassins de natation fut considérée comme l’une des étapes les plus importantes en matière de chronométrage sportif. Les caméras photo finish apparus en 1948 ont subies une transformation drastique : à titre de comparaison, en 1948, on mettait 20 minutes pour développer les films dans la chambre noire, aujourd’hui, les résultats sont là de manière instantanée.

Quelles spécificités technologies pour les Jeux olympiques de Tokyo 2020

Les systèmes d’Omega Timing suivent une grande variété de sports olympiques, comme le volley-ball, l’escalade et le trampoline. Des sports qui changent de ceux dont on a l’habitude de voir les technologies comment l’athlétisme ou la natation. Leur production est principalement destinée aux entraîneurs et aux athlètes pour examiner et améliorer les performances, mais elle est également disponible pour les officiels et les diffuseurs.

Le système développé pour le volley-ball classe les coups tels que les smashs, les blocs et les pointes avec une très grande précision en suivant les changements de direction et la vitesse du ballon. Il intègre des capteurs gyroscopiques intégrés dans les vêtements des joueurs qui surveillent les mouvements des joueurs. Si la balle vole momentanément hors du champ de la caméra, elle détermine la potentielle trajectoire du ballon. La société affirme que le système est précis à 99% pour déterminer les différents mouvements.

Un estimateur de pose suit les mouvements des gymnastes lorsqu’ils réalisent leurs figures acrobatiques sur le trampoline. Il détecte également avec quelle précision ils atterrissent à la fin de leurs routines. Un système de reconnaissance d’images surveille les événements aquatiques, mesurant la distance entre les nageurs, leur vitesse et le nombre de mouvements que chacun effectue.

Ce sont ces nombreuses innovations qui ont permis aux spectateurs et aux athlètes d’être dans les meilleures conditions pour participer ou regarder ces XXXIIe olympiades de l’ère moderne.

Aller à la source
Author: Zacharie Tazrout