angele-lingerie.com

Besoin d’acheter des sous-vêtements ? N’hésitez pas à visiter la boutique Angèle Lingerie.

Angèle Lingerie est une boutique de lingerie française. Selon la philosophie : toutes les femmes sont belles. Et grâce à ses connaissances, Angèle conseille toutes les femmes, quel que soient leur classe sociale ou leur âge.

C’est la raison pour laquelle elle vous propose une sélection précise des principales marques présentes dans les rayons des magasins. Et pour parler de ces marques, il y a des grands noms de la mode comme Lise Charmel, Prima Dona, Marie Jo. Angèle Lingerie propose également une gamme de lingerie séduisante.

Pour avoir plus d’informations à propos, n’hésitez pas à vous rendre sur angele-lingerie.com.

Les raisons de la colère

Il est toujours périlleux d’écrire quand on est en colère. Que de sottises sont écrites ab irato. Mais j’ai laissé passer le délai de prévenance de 24 heures pendant lequel les usages pluricentenaires de la profession nous permettent en toute impunité de haïr nos juges, auxquels on assimile de nos jours les procureurs (sauf à Strasbourg…), et un deuxième laps identique par sécurité. Mais je bous toujours intérieurement.

Rien de tel dans ces cas que de coucher sur le papier, fut-il fait de pixels, l’explication de son ire, et la soumettre aux débats qui font de la section commentaires le meilleur de ce blog. C’est toujours ça qu’Elon Musk n’aura pas.

Pourquoi fulminè-je, me demanderez-vous, car vous utilisez le style soutenu pour vous adresser à moi et je vous en sais gré. À cause d’une bien triste affaire qui se juge ces jours-ci à Paris, et qui est tellement grave par ses conséquences sur la profession que j’exerce que je ne puis attendre que les débats soient clos et la décision rendue, ce qu’en termes juridiques on appelle “trop tard”, pour m’exprimer dessus. C’est l’affaire qui concerne, entre autres mais désormais au premier chef, deux de mes confrères du barreau de Paris, un ténor chenu et un ténor jeunot, qui vivent le cauchemar de tout avocat : se retrouver jugé aux côtés de son client pour des actes commis dans le cadre de sa défense. Un troisième avocat était intervenu en défense dans ce dossier mais lui a bénéficié d’un non lieu.

Que leur reproche-t-on exactement ?

Le second, le jeunot, ça lui fera plaisir que je l’appelle ainsi puisqu’il arrive à un âge où on s’entend de moins en moins appelé ainsi, est ancien secrétaire de la conférence. Un jour qu’il était de permanence criminelle, c’est à dire que c’est à lui qu’échoyait toutes les ouvertures d’instruction de dossiers criminels du jour, lui tombe sur les genoux une affaire de stupéfiants d’une ampleur considérable, de celles qu’on ne voit qu’une fois par décennie. Le mis en examen est un baron, placé tout en haut dans la chaine de commandement, et la quantité de drogue saisie dépasse la tonne. On est sur du (très) grand bandistisme. Il assiste l’intéressé lors de la mise en examen, devant le juge des libertés et de la détention, et souhaite rester pour la suite du dossier, qui promet d’être passionnant. Il est rejoint par le premier avocat, le moins jeunot, qui de par sa longue expérience a déjà vu des dossiers de cette ampleur, et, pouvait-on le supposer, avait derrière lui une structure pouvant assurer le volumineux travail que ce dossier exigeait. Précision qui aura son importance : le baron de la drogue en question n’a pas été arrêté concomitamment à la saisie (les boss ne sont jamais sur place quand il y a du risque) mais a été arrêté plus tard, en Espagne, grâce à une enquête menée par la police espagnole. Il a été enregistré lors d’une sonorisation en train de se vanter auprès d’une jeune femme qu’il était à l’origine du gros coup de plus d’une tonne dont on avait parlé à la télé. L’hubris, toujours.

Les choses ne vont pas bien se passer dans le dossier, c’est acquis aux débats. Des fautes ont été commises, elles sont reconnues. Chacun pour des raisons liées à une activité écrasante, ils vont se désintéresser du dossier sans avoir la sagesse de se débarquer. Toujours l’hubris. Le plus jeune, soumis à des pressions de visiteurs nocturnes, a remis au bras droit de son client une copie numérisée du dossier, violant ainsi le secret professionnel. C’est une faute déontologique et possiblement un délit pénal, mais en réalité, cet aspect est totalement secondaire, la suite le démontrera.

L’instruction s’achève et l’affaire est renvoyée devant la cour d’assises, ce qui est rare en matière de stupéfiants mais là, avec l’importation, la quantité et l’organisation derrière, on était au criminel. Et quelques jours avant l’audience, le même bras droit que cité plus haut amène aux avocats, je ne sais pas auquel exactement, mais peu importe, un document qui peut faire exploser le dossier : une décision d’un juge espagnol refusant de prolonger la sonorisation dont faisait l’objet le principal accusé. Or c’est à l’occasion de cette prolongation, apparemment illégale donc, qu’ont été captés les propos l’accablant. Si cette captation était illégale, les aveux étaient irrecevables. On peut deviner que dans un dossier que personne n’avait bossé, un tel argument tombé du ciel était pain bénit. Ils produisent donc ce document au président de la cour quelques jours avant les débats, et demandent un renvoi du jugement à une date ultérieure pour que la cour puisse ordonner un complément d’information pour vérifier ce point auprès des autorités espagnoles, et en profitent pour demander la remise en liberté de leur client. Et là, c’est le drame.

Le président, interloqué, demande aux avocats de justifier de l’origine de cette pièce procédurale essentielle. Les avocats, on l’apprendra par la suite, tergiversent entre eux, sont emmerdés vu la personne qui leur a remis ce document, et expriment leur crainte d’avoir été instrumentalisés. Ce n’est pas tout. Le parquet extirpe du dossier pénal, celui que ces avocats n’ont pas lu, du moins à fond (on parle d’un dossier qui fait plusieurs milliers de pages, hein) les CD contenant la procédure espagnole numérisée, et dans icelle, l’ordonnance du juge espagnol autorisant la prolongation de la sonorisation. Le jugement produit par la défense était donc un faux. Le renvoi est refusé, la défense a perdu toute crédibilité, et l’accusé écope de 22 ans de réclusion criminelle.

Et le parquet va décider de ne pas en rester là.

Il va ouvrir une information du chef de faux en écritures publiques visant les trois avocats de la défense. Elle va être confiée à trois juges d’instruction, qui, je tiens à défendre leur réputation, n’ont JAMAIS été soupçonné par quiconque d’éprouver un quelconque excès d’affection pour les avocats. Et ils vont s’en donner à cœur-joie, notamment en pratiquant pas moins de six perquisitions aux cabinets et aux domiciles de ces avocats. Il faut savoir ici que s’agissant d’une perquisition au cabinet ou au domicile d’un avocat, eu égard à la protection du secret professionnel dont, Dame ! ces magistrats étaient censés poursuivre la violation, c’est donc qu’ils lui accordaient de l’importance ; la protection de ce secret donc prévoit des règles dérogatoires au droit commun. La perquisition ne peut être menée que par le ou les juge(s) d’instruction en personne, assistés par la police le cas échéant, et en présence du bâtonnier ou d’un de ses représentants, qui peut s’opposer à la saisie de pièces lui paraissant hors sujet. Auquel cas, les pièces sont mises sous scellés sans que le juge d’instruction ne puisse les consulter, pour faire par la suite l’objet d’un débat devant le juge des libertés et de la détention, qui va les consulter et juger si oui ou non elles intéressent l’affaire. Dans l’affirmative, elles sont versées à la procédure, dans la négative, elles sont restituées à l’avocat.

Paris a toujours eu ici un rôle moteur. Depuis des années, un avocat a été délégué à cette tâche, j’ai nommé Vincent Nioré, et la politique de l’ordre a toujours été l’offensive à outrance : tout ou presque tout est contesté, et c’est peu dire que les victoires ont été nombreuses. La jurisprudence, très riche en matière de perquisitions de cabinet s’est pour l’essentiel forgée à Paris (où exercent la moitié des avocats de France, on a de la matière) et Vincent Nioré, fort de son expérience unique en France a effectué de nombreuses formations pour les autres ordres, et publié de nombreux textes sur le droit des perquisitions, dont il est le spécialiste reconnu. La profession lui doit beaucoup.

Forcément, ça ne l’a pas rendu très populaire chez les juges d’instruction dont il a fait annuler les saisies, qui, doit-on le préciser ? Ma foi oui : dont les saisies ont été annulées parce qu’elles étaient illégales et disproportionnées au point qu’un collègue du juge d’instruction ne pouvait pas prétendre ne pas le voir.

Et dans ce même dossier, au cours de la perquisition dans le cabinet du plus chenu des deux avocats, une jeune femme présente lors de l’arrivée visiblement un peu brutale des magistrats et policiers, j’ignore si elle était avocate ou stagiaire (je dirais stagiaire, ce sont les seules qui arrivent tôt au cabinet) a fait un malaise et s’est écroulée au sol, en crise de tétanie. Je tiens d’une personne présente que les magistrats ont enjambé la jeune femme inerte pour aller se précipiter sur les dossiers qu’ils cherchaient, tandis que seul le réprésentant du bâtonnier s’occupait de la jeune femme, qui, je suis désolé de devoir révéler ce détail mais il a son importance pour la suite, s’était urinée dessus lors de ce malaise. Vincent Nioré s’est donc occupé d’elle, a épongé ce qui pouvait l’être et s’est assurée qu’elle se calmait, avant de rejoindre promptement les magistrats pour s’opposer à toutes les saisies, comme à son habitude. Tout ce monde s’est retrouvée chez le juge des libertés et de la détention pour discuter des saisies. Au cours de sa plaidoirie, Vincent Nioré va fustiger l’attitude des magistrats qui préfèrent aller chercher dans les dossiers des avocats plutôt que d’enquêter, et, faisant allusion à l’incident du matin même, dire qu’il en avait assez de se retrouver à nettoyer l’urine pendant ces perquisitions, je n’ai pas la formulation exacte. Les trois juges d’instruction vont pousser des cris d’orfraie, se dire outragés, et menacer le représentant du bâtonnier d’une plainte. Le juge des libertés et de la détention va pour sa part annuler une grande partie des saisies.

Les magistrats instructeurs vont tenir leur promesse et déposer une plainte auprès du procureur général, de la procureure générale en l’occurrence, qui va, comme la loi lui en donne le pouvoir, saisir le conseil de discipline à l’encontre de Vincent Nioré. L’instruction des poursuites, au cours de laquelle le juge des libertés et de la détention va témoigner, va établir que non, les propos tenus n’insultaient pas les magistrats, et le JLD va confirmer qu’il n’a constaté aucun manquement ni aucun outrage lors de son audience, ce qu’il n’aurait certainement pas accepté. Peu importe, le conseil de discipline devra juger Vincent Nioré. Au cours de cette audience, le bâtonnier Cousi, autorité de poursuite, va absoudre totalement Vincent Nioré et venir symboliquement s’asseoir à côté de ses défenseurs. Le conseil a bien sûr relaxé. Et la procureure générale, quelques mois avant de partir à la retraite, a fait appel de cette relaxe, pour que l’affaire soit rejugée par des magistrats cette fois. La réponse du barreau fut sans équivoque : nous avons élu Vincent Nioré vice-bâtonnier dans la foulée. Le parquet général, revenu à plus de raison avec le successeur de sa prédécesseuse, s’est désisté de son appel, la relaxe est à présent définitive, et la tension est un peu redescendue.

Pas pour longtemps, puisque les trois juges d’instruction ont finalement rendu une ordonnance de renvoi devant le tribunal correctionnel de deux des trois avocats du baron de la drogue, outre le baron et son bras droit, pour faux en écriture publique, tentative d’escroquerie au jugement, et pour le jeunot, violation du secret professionnel. Ordonnance de 120 pages, ce qui pour des faits simples est prou : la violation du secret était reconnue, un faux est un délit simple à caractériser, et l’escroquerie est certes un délit complexe, mais pas au point de nécessiter une thèse : on dit qu’un délit est complexe dès lors qu’il a plus d’un élément matériel à caractériser (l’escroquerie en a trois).

Le faux consiste à altérer la vérité dans tout document visant à établir la preuve d’un droit ou d’un fait ayant des conséquences juridiques. S’agissant d’un jugement, il n’y a aucune difficulté : on a le vrai jugement, on a le faux, on constate que le faux dit le contraire du vrai. L’usage du faux consiste à utiliser un document que l’on sait être faux. L’escroquerie consiste à employer des manoeuvres frauduleuses (la loi donne comme exemples l’usage d’un faux nom ou d’une fausse qualité, ou l’abus d’une qualité vraie) qui vont tromper quelqu’un et le déterminer à remettre des fonds, des valeurs ou un bien quelconque, à fournir un service ou à consentir un acte opérant obligation ou décharge (on parle simplement de “remise” pour désigner tout cela). La tromperie doit être déterminante, c’est à dire que sans elle, il n’y aurait pas eu remise. Voilà les trois éléments matériels : manoeuvre, tromperie, remise.

Or ici il ne vous a pas échappé que les avocats ne savaient pas que ce jugement était un faux. Ce point n’est d’ailleurs pas discuté, pas plus que celui qu’ils ne l’ont pas forgé eux-même : parmi les pièces ayant échappé à l’annulation de saisie figurent des échanges entre les avocats montrant qu’ils sont bien ennuyés de devoir expliquer comment ils ont eu la pièce, et se demandent, un peu tard, si on ne les a pas manipulés. Ite missa est : pas d’élément intentionnel, pas d’infraction, programme de L2 de droit. De même s’ils ignoraient que c’était un faux, ils n’ont pu tenter d’escroquer un jugement, d’autant qu’ils n’ont même pas demandé que le juge jugeât, mais qu’il ordonnât un supplément d’information pour vérifier si ce jugement existait bien. Il y avait sans doute de quoi poursuivre ces avocats au disciplinaire pour leur légèreté et leur crédulité. Ils n’auraient certainement pas été radiés, cette affaire ne saurait résumer leur carrière, leur bilan parle de lui-même, mais même la plus légère des sanctions aurait déjà été un châtiment suffisant.

Eh bien non. Deux semaines d’audience ont abouti à un réquisitoire qui a abasourdi l’assistance et votre serviteur, pour tenter d’échaffauder une démonstration de culpabilité, à rebours de la loi, reposant non plus sur la connaissance du caractère de faux de la pièce mais sur l’existence d’un soupçon qu’elle pût être fausse, soupçon qui chez un avocat devient une obligation de s’abstenir de produire à peine de commettre le délit de et d’usage de faux qu’on ne sait pas être faux mais on est avocat alors on est coupable quand même (ne le cherchez pas dans le code pénal) et tentative d’escroquerie à cause du crédit qu’un avocat donne à une pièce en la produisant.

Pardonnez ce tintamarre qui vient de m’interrompre, ce sont tous les avocats civilistes ou publicistes qui viennent d’éclater de rire en lisant que le seul fait qu’ils produisent une pièce lui donne un crédit supplémentaire aux yeux du juge. Tous les jours, TOUS LES JOURS, des juges, avec ou sans robe, écartent nos pièces en ne les estimant pas assez probantes voire douteuses pour finalement rejeter les demandes que nous présentons au nom de nos clients, parfois en faisant même droit à la partie adverse sans avocat qui a produit des pièces le jour de l’audience sans nous les communiquer à l’avance, clients dont nous devons gérer l’incompréhension de la décision : “Mais enfin maître comment le juge peut-il dire cela, je lui ai prouvé le contraire”.
Nous donnons un supplément de crédit à nos pièces… Eux au moins ont le cœur à rire. Mais pas moi.

Relisez bien cette démonstration, rapportée par la formidable Olivia Dufour dans Actu-Juridique :

si l’avocat apporte son crédit [à ces pièces] et le renforce par la production de conclusions, il contribue délibérément à tromper la religion du juge, à le pousser à donner foi à une pièce qu’il aurait appréciée sinon avec plus de circonspection. Ce n’est pas la même chose pour un juge de recevoir une pièce d’un justiciable ou d’un avocat, car l’avocat est un professionnel qui fait présumer des vertus professionnelles.

La production d’une pièce que l’avocat soupçonne d’être un faux suffit à constituer un délit pénal à son encontre. Mais en revanche, que deux magistrats, un du siège et un du parquet, s’accordent pour altérer une pièce de procédure en en changeant le sens pour que le jugement rendu ne permette plus une remise en liberté ne constitue pas un délit car il avaient certes commis une « erreur », mais « sans intention frauduleuse ». Intention frauduleuse que la loi n’a jamais exigé, elle se contente de la conscience d’altérer la vérité. heureusement pour eux, ces magistrats n’étaient pas avocats, ils n’étaient donc pas tenus aux mêmes très hauts standards de probité et de vérification scrupuleuse : relaxe. Pas plus que le juge d’instruction qui se désigne lui-même postérieurement à des actes qu’il a réalisés illégalement, en antidatant sa désignation pour que cette illégalité soit dissimulée. Pas de faux : il n’était pas avocat, alors YOLO sur les dates. Vous commencez à comprendre pourquoi je suis en colère ?

Et pourquoi disais-je que le volet violation du secret professionnel était en réalité indifférent à tout le monde ici ? Parce que dans ce réquisitoire hommage du vice à la vertu, l’avocat qui a commis la violation du secret professionnel s’est entendu requérir deux ans de prison dont un ferme, et le sénior qui n’a pas communiqué le dossier, trois ans dont deux fermes. Et cinq ans d’interdiction d’exercice, soit le maximum légal et une peine de mort pour tout avocat, dont l’activité et la réputation ne peuvent se remettre d’une telle sanction. Avec exécution provisoire, le mot exécution n’ayant jamais été plus approprié, et provisoire, aussi peu pertinent.

Je n’ai jamais, vous pouvez relire tous les billets de ce blog, jamais sollicité un traitement de faveur pour les avocats. Les seuls droits dérogatoires au droit commun que nous avons n’ont qu’un objet : garantir notre liberté qui est celle de la défense, notre indépendance à l’égard des juges et des clients en nous mettant à l’abri de pressions ou de représailles, et en protégeant le secret de ce que nous révèlent nos clients, secret sans lequel il n’y a plus de défense, donc plus de justice, donc plus de démocratie, rien de moins. Pas de privilège, nous les abhorrons, pas de traitement de faveur, nous luttons contre. Nos droits spécifiques n’existent que dans l’intérêt de l’individu que nous défendons contre le Léviathan. Mais pour nous, nous demandons le même traitement que n’importe quel citoyen en république. Même s’il n’est pas magistrat. Si le premier quidam passant dans la rue avait produit un faux jugement, ignorant qu’il est faux, en disant “ce jugement semble me donner raison, je demande que vous vérifiiez ce qu’il en est”, il ne serait pas condamné pour tentative d’escroquerie au jugement, et aucun procureur n’aurait même l’idée d’engager de telles poursuites (en revanche, s’il antidatait une attestation en disant qu’il avait attesté dans sa tête mais oublié de matérialiser cette attestation, il serait poursuivi et condamné pour faux…).

Et faire passer cette exigence exorbitante du droit commun comme un hommage à l’excellente vertu exigée des membres de cette noble profession que celle des avocats qui ont donc d’autres obligations que le commun des mortels n’est rien d’autre qu’un hommage au Tartuffe de Molière, un crachat sur l’égalité républicaine en rétablissant une noblesse de robe abolie une nuit du 4 août il y a fort longtemps, et pire que tout une insulte à mon intelligence.