Cannes 2022 : une cérémonie d’ouverture marquée par le discours du président ukrainien

Le 75e Festival de Cannes a commencé ! Hier soir, le jury du festival, présidé cette année par Vincent Lindon, a foulé le tapis rouge pour la traditionnelle montée des marches. Dans une atmosphère solennelle, la maîtresse de cérémonie Virginie Efira, par ailleurs à l’affiche de deux films présentés cette année à Cannes (d’une part Don Juan de Serge Bozon et Revoir Paris d’Alice Winocour d’autre part), a lancé la 75e édition du Festival de Cannes en commençant par remettre la Palme d’honneur à Forest Whitaker, chaudement applaudi par une salle comble. Une cérémonie ponctuée de quelques moments d’émotion, comme lorsque Vincent Delerm a enjoué l’assistance à reprendre en coeur Que je t’aime de Johnny Hallyday, ou encore le discours teint de gravité de Vincent Lindon, louant « cette arme d’émotion massive » qu’est le cinéma. 

Mais cette cérémonie d’ouverture a surtout été marquée par l’apparition du président ukrainien Volodymyr Zelensky : comme pour les Grammy Awards en avril dernier – et après le rendez-vous raté des Oscars – le président ukrainien s’est cette fois-ci adressé à l’industrie du cinéma dans un long message vidéo solennel, convoquant aussi bien les références à Apocalypse Now de Francis Ford Coppola ou au Dictateur de Charlie Chaplin pour appuyer son discours. « Grâce à ce film, le cinéma a cessé d’être muet (…) Il nous faut un nouveau Chaplin qui prouvera que de nos jours, le cinéma n’est pas muet », a-t-il entre autres déclaré, reprenant notamment les mots du discours final du chef-d’oeuvre film de Chaplin : « La haine finira par disparaître et les dictateurs mourront, et le pouvoir qu’ils avaient pris aux peuples va retourner aux peuples. Et tant que les hommes mourront, la liberté ne pourra périr ».

Dans une toute autre ambiance, Coupez !, la nouvelle comédie de Michel Hazanavicius sur un tournage de film de zombies qui tourne mal, a ensuite ouvert les festivités. Comme un symbole, c’est le réalisateur et metteur en scène russe Kirill Serebrennikov, fervent opposant au régime de Vladimir Poutine, qui défendra aujourd’hui le premier film de la compétition cannoise, La femme de Tchaïkovski. Pour la première fois diffusée en direct sur France 2 depuis l’annonce du nouveau partenariat entre le Festival, FranceTélévisions et Brut, la cérémonie d’ouverture a été suivie par 1,77 millions de téléspectateurs, sa meilleure audience depuis 2011. 

Aller à la source
Author: Félix Tardieu